University of Toronto


G20 Summits |  G20 Ministerials |  G20 Analysis |  Search |  About the G20 Research Group
[English]  [Français]  [Deutsch]  [Italiano]  [Portuguesa]  [Japanese]  [Chinese]  [Korean]  [Indonesian]

Munk School of Global Affairs

G20 Information Centre
provided by the G20 Research Group


Programme de réforme du G20 en 2005

Mise en ouvre de l'Accord du G20 sur la croissance soutenue : Mesures convenues
Ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales
Xianghe, Hebei, Chine, 16 october 2005

Documents connexes :
G20 Communiqué
Déclaration du G20 sur la réforme des institutions issues des accords de Bretton Wood
Déclaration du G20 sur les enjeux liés au développement mondial

  1. Nous, ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales, avons adopté le programme de réforme exposé ci-après, qui donne suite à l'Accord du G20 sur la croissance soutenue au moyen de mesures stratégiques qui auront des conséquences concrètes pour nos pays.

  2. Les États-Unis ont procédé à des modifications importantes des politiques régissant la fiscalité, le commerce, la gouvernance des entreprises, l'éducation et l'énergie dans le but d'appuyer la croissance. Des politiques complémentaires touchant la fiscalité, la santé et les pensions pourraient favoriser encore davantage la croissance. Les mesures de réforme touchant le financement des régimes de pension comprennent des améliorations en ce qui touche le calcul et la divulgation des passifs de ces régimes ainsi que des restrictions applicables aux hausses de prestations. Des réformes en matière de soins de santé sont aussi envisagées. Le Canada se concentre sur l'emploi, la croissance économique et la prospérité. Il est déterminé à préserver l'équilibre budgétaire et à appliquer une politique monétaire efficace, ainsi qu'à se doter d'une population active hautement qualifiée, adaptable et inclusive, à encourager une participation accrue du secteur privé aux activités de recherche-développement (R-D), à rendre son système réglementaire plus transparent, plus souple et plus responsable, et à faire en sorte que son régime fiscal soit équitable, efficient et concurrentiel. L'Argentine se concentre sur la correction des déséquilibres qui se manifestent par l'instabilité des flux de capitaux et par les crises des opérations de change, sans oublier les distorsions des échanges commerciaux internationaux ouverts, attribuables à des prélèvements fiscaux et à des subventions. Le Brésil continuera de solidifier son cadre macroéconomique, qui a déjà conduit à une croissance plus forte, à une plus grande stabilité des prix et à la création de nombreux emplois; il veillera aussi à améliorer la qualité des dépenses publiques. L'une des grandes priorités du Mexique est d'équilibrer les revenus et les dépenses de l'État. Ce pays tient aussi à investir dans le capital humain et matériel, de même qu'à réduire la pauvreté et les inégalités, au moyen notamment de dépenses publiques axées sur le développement social et l'infrastructure.

  3. Les membres de l'Union européenne entendent poursuivre la réforme des marchés du travail, consolider les finances publiques et les régimes de pensions, appuyer l'innovation et mettre en place le marché unique. L'Allemagne cherchera à rendre son régime fiscal plus concurrentiel, à terminer la réforme du marché du travail et à faire des progrès dans la réforme du système de santé et des régimes de pensions ainsi qu'au chapitre de la viabilité budgétaire. La France procède à des réformes structurelles en profondeur pour hausser la participation au marché du travail grâce à un crédit d'impôt sur le revenu bonifié; ce pays veut aussi renforcer son marché du travail en permettant aux petites entreprises de conclure des contrats de travail plus souples, en offrant des incitations à l'appui de meilleurs partenariats publics-privés en matière d'investissements en R-D, et en consolidant sa situation budgétaire. De manière à hausser la productivité et la compétitivité, l'Italie prévoit accorder la priorité à la rationalisation des procédures administratives, libéraliser encore plus le marché de l'énergie, investir dans la recherche et l'innovation, et appuyer l'enseignement scientifique et technique. Le Royaume-Uni souhaite accroître la stabilité et bâtir une économie souple et dynamique comptant sur un effectif hautement compétent et un secteur des sciences et de l'innovation solide. Il tient à garantir l'équité au même titre que la souplesse, et offrir sécurité et assistance à tous ceux qui en ont besoin. Également, il apporte des améliorations durables à ses services publics grâce à des réformes et à des investissements soutenus.

  4. Dans le but de connaître une croissance vigoureuse à long terme et de hausser le niveau de vie de ses citoyens, la Russie se fixera comme priorités d'investir dans le capital humain, en menant une réforme de son système d'éducation et du système public de santé, de hausser la compétitivité générale de son économie en assainissant le climat d'investissement et en favorisant l'innovation, et d'augmenter l'efficacité de l'administration publique au moyen de réformes administratives et budgétaires. La Turquie poursuivra la réforme de son secteur financier, de son système de sécurité sociale et de son régime fiscal; de plus, elle améliorera le climat d'investissement.

  5. L'Afrique du Sud met l'accent sur les investissements dans l'infrastructure et sur le développement du capital humain. Les autres objectifs clés de ce pays consisteront à hausser l'efficience de sa fonction publique et à combler le fossé relié à la dualité de son économie. Les grandes priorités de l'Arabie saoudite consistent notamment à diversifier son économie, à réduire sa dépendance à l'égard du pétrole et à établir un meilleur climat d'investissement, à la fois pour les investisseurs étrangers et pour les investisseurs saoudiens. Un autre objectif important de ce pays est le maintien de la stabilité monétaire et financière, sans oublier l'amélioration des perspectives d'emploi. De plus, des efforts sont faits pour appuyer le secteur touristique afin qu'il contribue davantage au produit intérieur brut, ainsi que pour développer les marchés grâce à un accroissement de la concurrence, à la conclusion d'accords commerciaux, à l'intégration régionale et à l'accession à l'Organisation mondiale du commerce.

  6. L'Inde s'efforcera de supprimer les contraintes infrastructurelles, d'assurer sa consolidation budgétaire et d'éliminer le déficit. La réforme des marchés financiers et celle du secteur de l'agriculture sont elles aussi des objectifs importants. L'Indonésie se concentrera encore plus sur l'amélioration de la gestion de la dette publique, la promotion de la stabilité des marchés financiers, le règlement des problèmes de gouvernance et l'accès des pauvres et des ménages à faible revenu ainsi que des petites et moyennes entreprises à des services financiers. Parmi ses autres priorités importantes, mentionnons l'amélioration de la compétitivité aux niveaux national et international, l'habilitation des gens et la lutte à la pauvreté.

  7. Les priorités de l'Australie au chapitre des réformes sont notamment les suivantes : faire progresser l'emploi et la productivité grâce à des relations en milieu de travail plus souples; hausser la participation au marché du travail en facilitant la transition de l'aide sociale au travail; améliorer l'intégration internationale de l'Australie et son engagement sur la scène mondiale; et préserver les bons résultats du pays en matière de gestion macroéconomique en continuant de recourir à un cadre budgétaire et à un cadre de politique monétaire à moyen terme.

  8. Le Japon poursuivra ses efforts de réforme; notamment, il prendra des mesures pour promouvoir la poursuite des réformes du secteur financier et pour appuyer la privatisation, entre autres celle de ses services postaux. De plus, il posera des gestes encore plus décisifs pour résoudre le problème de la viabilité budgétaire.

  9. La Corée s'efforcera d'accélérer la reprise de son économie, de rétablir ses perspectives de croissance grâce à la formation de capital matériel et humain ainsi qu'à des gains de productivité plus marqués. De plus, ce pays renforcera son filet de sécurité sociale de façon à tenir compte d'inégalités croissantes et à faciliter les ajustements structurels. La Chine a fait de nets progrès dans la réforme de son système économique. Le système d'économie de marché socialiste commence à prendre forme. On a établi le système économique de base, dont la propriété publique constitue la principale assise tandis que diverses formes de propriété peuvent exister en parallèle, et un régime de marché efficace comportant plusieurs niveaux. Un système d'entreprise moderne a été adopté progressivement, et la vitalité des micro-entités a augmenté sensiblement. Un système de sécurité sociale a été mis sur pied, la priorité étant accordée aux pensions destinées aux employés en milieu urbain, à l'assurance-chômage et à l'assurance médicale de base. Les modalités de réglementation macroéconomique ont été modifiées en profondeur; un système de réglementation macroéconomique a été mis en application et a fait l'objet d'améliorations.

[retour en haut]

Source: Ministère des Finances Canada

This Information System is provided by the University of Toronto Library
and the G20 Research Group at the University of Toronto.
Please send comments to: g20@utoronto.ca
This page was last updated October 25, 2009 .

All contents copyright © 2017. University of Toronto unless otherwise stated. All rights reserved.