University of Toronto

G20 Information Centre
G20 Summits |  G20 Ministerials |  G20 Analysis |  Search |  G8 Information Centre
[English]  [Français]  [Deutsch]  [Italiano]  [Portuguesa]  [Japanese]  [Chinese]  [Korean]  [Indonesian]

Munk School of Global Affairs

G20 Information Centre
provided by the G20 Research Group


Déclaration du G20 sur les enjeux liés au développement mondial

Ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales
Xianghe, Hebei, Chine, 16 october 2005

Documents connexes :
G20 Communiqué
Déclaration du G20 sur la réforme des institutions issues des accords de Bretton Wood
Programme de réforme du G20 en 2005

  1. Nous, ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales du G20, avons convenu que, en tant que tribune de première importance où se déroulent des dialogues stratégiques entre pays développés et économies émergentes, le G20 devait jouer un rôle actif dans le cadre des efforts destinés à résoudre les grandes questions liées au développement. Notre démarche s'inscrit dans la foulée du Sommet d'évaluation des Objectifs du Millénaire de l'ONU, au cours duquel ont été examinés les progrès accomplis dans l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et des autres objectifs du Sommet du Millénaire. À cet égard, nous prévoyons que la réunion ministérielle qui se tiendra sous les auspices de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong, en Chine, appuiera la bonne marche du Programme de Doha pour le développement, de manière à promouvoir l'intégration et une libéralisation équitable des échanges.

  2. Il est encourageant de constater que de nombreux pays ont fait des progrès notables et que beaucoup de pays en développement sont en bonne voie d'atteindre leurs OMD. Toutefois, il y a certaines régions, et plus particulièrement un bon nombre de pays d'Afrique subsaharienne, où le processus accuse un sérieux retard. En dépit des défis de taille qui se posent, nous réaffirmons notre engagement résolu à atteindre les OMD grâce à une coopération accrue.

Approches en matière de développement

  1. Nous sommes conscients que c'est à chaque pays qu'il incombe au premier chef d'assurer son propre développement économique et social. C'est pourquoi il est important de respecter les stratégies élaborées par les pays. Des politiques économiques efficaces, une saine gouvernance et une responsabilisation adéquate sont des facteurs essentiels à la croissance économique. Considérant la variété des modèles de croissance et des approches de développement, nous sommes déterminés à discuter plus à fond des diverses philosophies, stratégies et politiques de développement, ce qui sera en bout de ligne profitable à tous les pays.

La mobilisation de ressources pour le développement

  1. Nous demandons à la communauté internationale de se conformer à ses engagements pris à Monterrey, c'est-à-dire : de la part des pays en développement, adopter des politiques économiques et sociales efficaces pour attirer les flux de capitaux privés; de la part des pays développés, appuyer ces initiatives en mettant en place un système commercial ouvert et en haussant l'aide au développement. Nous nous félicitons de l'augmentation des ressources disponibles à la suite de l'établissement récent d'échéanciers à l'intérieur desquels de nombreux donateurs atteindront l'objectif consistant à consacrer 0,7 % de leur produit national brut à l'aide publique au développement. Nous sommes également heureux des engagements récents pris par des donateurs en vue de hausser de façon marquée l'aide au développement, ainsi que de l'initiative d'allégement de la dette mise de l'avant lors du Sommet du G8 à Gleneagles et avalisée par les actionnaires de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international lors de leur assemblée annuelle. Nous demandons instamment aux conseils d'administration de ces deux institutions de mettre en oeuvre ces deux propositions. Des initiatives en cours portant sur des mécanismes innovateurs de financement du développement - dont la facilité de financement internationale (FFI) et l'initiative pilote connexe, la FFI pour l'immunisation, une contribution tirée des billets de transport aérien et le Millennium Challenge Account - sont menées sur une base volontaire et permettront de recueillir des ressources additionnelles. Nous incitons les donateurs qui s'y intéressent à examiner les avantages et les aspects pratiques de ces propositions innovatrices.

Accroître l'efficacité de l'aide

  1. Nous rappelons l'importance qu'il convient d'accorder à l'efficacité de l'aide. Des mesures s'imposent pour que l'accroissement de l'aide internationale aille de pair avec une utilisation plus efficace de cette aide. La Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide au développement, du 2 mars 2005, constitue une nouvelle étape en vue de la concordance entre l'aide fournie par les donateurs et les stratégies de développement des destinataires, de l'harmonisation de l'aide des donateurs et de la mesure des résultats en matière d'aide au développement.

Promouvoir les échanges commerciaux dans une optique de développement

  1. Il est bien établi que l'intégration et la libéralisation des échanges sont d'importants moteurs de croissance économique et de réduction de la pauvreté. Nous sommes déterminés à accroître de façon marquée l'accès aux biens et aux services sur les marchés, à réduire les mécanismes d'aide au niveau national qui ont des effets de distorsion sur les échanges, à éliminer toutes les formes de subventionnement des exportations agricoles et à réserver aux pays en développement un traitement différencié efficace. Il importe tout autant d'offrir une aide technique améliorée et d'accroître les capacités commerciales pour pouvoir supprimer les obstacles à une compétitivité accrue au chapitre des exportations, ainsi que d'offrir une aide pour faciliter les ajustements, surtout dans le cas des pays les moins développés. Nous sommes conscients du rôle central joué par les échanges Sud-Sud sous ce rapport, et nous étudierons les moyens permettant d'offrir aux pays les moins développés un accès aux marchés en franchise de droits de douane et exempts de contingents. Nous sommes résolus à collaborer dans ce domaine afin d'améliorer nettement l'accès des produits des pays en développement, en particulier les pays les moins développés. Nous sommes aussi déterminés à aider les pays en développement à mettre en place un climat propice au commerce et à l'investissement. Toutes les parties doivent faire des efforts concertés pour réaliser des progrès dans le contexte du Programme de Doha pour le développement, qui pourrait engendrer des avantages concrets pour les pays développés et pour les pays en développement.

Partenariat mondial pour la réduction de la pauvreté et la promotion du développement international

  1. Nous nous engageons à faire de cette vision commune du développement mondial une réalité. Nous poursuivrons nos efforts afin d'établir sur une base pragmatique un partenariat entre pays développés et pays en développement. Nous favoriserons aussi une coopération accrue entre membres de la communauté internationale, ce qui pourra prendre entre autres la forme de partenariats publics-privés, de façon à relever les défis communs en matière de développement, c'est-à-dire une croissance viable et ressentie par tous, et la réduction de la pauvreté. Nous sommes bien décidés à poursuivre sur cet élan.

[retour en haut]

Source: Ministère des Finances Canada

This Information System is provided by the University of Toronto Library
and the G20 Research Group at the University of Toronto.
Please send comments to: g20@utoronto.ca
This page was last updated October 25, 2009 .

All contents copyright © 2014. University of Toronto unless otherwise stated. All rights reserved.